5 bonnes nouvelles en 2016

2016 a-t-elle été une annus horribilis ? Les raisons de le croire ne manquent pas : guerres meurtrières, reflux des solidarités et repli sur soi en Europe et dans dans d’autres régions du monde. Pourtant, les signes d’émergence d’un autre monde ne manquent pas. Dans 50 ans, ces signes seront peut-être vus comme des lueurs grandissantes annonçant un nouveau monde en émergence.

Voici quelques raisons d’espérer, et quelques élans à poursuivre, dans 5 domaines fondamentaux :

Climat

L’Accord de Paris sur le Climat est entré en vigueur en un temps record, pour un accord international. Pour entrer en vigueur, cet accord adopté en décembre 2015 à la Conférence Paris Climat devait être ratifié par au moins 55 États, couvrant 55% des émissions mondiales de gaz à effet de serre (GES). Le premier seuil a été franchi le 21 septembre dernier, le second le 5 octobre. L’Accord est entré en vigueur le 4 novembre. Il aura donc fallu moins d’un an pour que l’Accord soit officiellement validé.

La COP 22 de Marrakech a été consacrée à sa mise en œuvre. Le Maroc avait mis un accent particulier sur l’Afrique, dont le développement est d’un enjeu capital pour une transition globale équitable et solidaire. Au-delà des déclarations, des partenariats et des projets concrets sont à l’œuvre. Pour l’Afrique et les pays en développement, un des principaux enjeux est de vérifier que les engagements pour le fond vert de 100 milliards d’euros par an pour l’adaptation et la mitigation du changement climatique dans ces pays soient bien remplis.

Énergies

Du côté des énergies, la transition vers les énergies renouvelables et non fossiles apparait comme bien engagée dans certains pays. Le Costa Rica a couvert ses besoins énergétiques par les énergies renouvelables pendant plus de 100 jours. Et au Chili, un tiers du pays à bénéficié d’une l’électricité gratuite entre janvier et avril 2016 du fait de la surabondance d’énergie renouvelable, principalement solaire. Il est vrai que les réseaux régionaux ne sont pas suffisamment interconnectées dans le pays pour avoir pu répartir cette énergie dans tout le pays, ce qui illustre l’ampleur des défis à l’échelle mondiale. Le problème du stockage de l’énergie solaire et de l’énergie électrique en général est loin d’être encore résolue. La technologie n’est pas la seule solution.

Biodiversité

Le recul de la biodiversité et les menaces pesant sur les écosystèmes sont des enjeux beaucoup moins bien perçus du grand public que le dérèglement climatique. La Conférence des Parties à la Convention sur la Diversité Biologique, tenue à Cancun, Mexique, en décembre 2016, a été beaucoup moins médiatisée que les deux dernières conférences sur le climat. Pourtant, des avancées importantes ont eu lieu, notamment un plan pour l’intégration de la biodiversité aux prises de décisions sectorielles et l’augmentation des aires marines protégées. Quelques semaines plus tard, le gouvernement américain a décidé de protéger 50 millions d’hectares dans l’Arctique et 31 sites de coraux dans l’Océan Atlantique en y interdisant les forages pétroliers.

Les efforts collectifs aboutissent à des résultats. Sur le plan des espèces emblématiques, le panda a été retiré de la liste des espèces menacées, mais la girafe y est entrée… La santé des forêts tropicales est fondamentale, non seulement pour le climat, mais aussi pour l’équilibre plus globale de notre planète. En 2016, la Norvège a banni la déforestation. En Inde 800 000 bénévoles ont planté 50 millions d’arbres en une journée. Les efforts doivent être plus collectifs et plus soutenus. Sur le plan du droit, la notion de crime d’écocide (rendre pénalement condamnable la destruction d’écosystèmes) progresse, et la coalition End Ecocide qui la défend se fait de mieux en mieux entendre. Sa porte-parole Valérie Cabanes a fait paraître l’ouvrage « Un nouveau droit pour la terre » qui développe les fondements économiques, sociaux, écologiques et juridiques de cette initiative.

Sciences

Dans les sciences fondamentales et appliquées, les progrès sont cumulatifs, et quelques avancées notoires ont été marquées en 2016. En physique, les ondes gravitationnelles prédites par Einstein il y a un siècle ont pu pour la première fois être détectées et mesurées. Un vaccin a été élaboré et testé pour le virus Ebola en Guinée, ou il a prouvé son efficacité. En Afrique, la lutte contre la paludisme progresse, et c’est l’un des facteurs de l’augmentation de l’espérance de vie de 9,4 années depuis 2000. Mais les approches conventionnelles montrent aussi leurs limites.

Démocratie

La première élection démocratique depuis 50 ans a eu lieu au Myanmar (Birmanie), portant au pouvoir l’opposante Aun San Suu Kyi. Mais les droits de la minorité musulmane Rohingya sont dramatiquement menacées. En Afrique, le respect des formes démocratiques progresse de façon globale, avec des élections connaissant de plus en plus de participation, et le respect par certains anciens dirigeants de l’alternance politique.

Laisser un commentaire